Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
22 décembre 2013 7 22 /12 /décembre /2013 12:52
Les voeux comme instrument nécessaire de management.

Pour les dirigeants, les vœux devant le personnel au tout début du mois de janvier, constituent un exercice difficile.



1) D’abord, la cérémonie des vœux, ça ne s'apprend pas dans les cours de management. Quand Frédo la Sécu était en scolarité à l'Ecole Nationale Supérieure de la Sécurité Sociale, il n'a pas appris à prononcer des vœux. Et quand il en fut le directeur des études, jamais (et c'est un tort) il n'a songé à sensibiliser ses ouailles futurs directeurs(trices) sur l’importance de cet exercice rituel au cours de la vie en entreprise.

2) En second lieu, les vœux, en tout début d'année, c'est toujours un très mauvais moment. Sur le plan de l'activité la fin d'année est toujours assez lourde avec la somme de résultats et de bilans qu'il faut produire avant la date fatidique du 31 décembre, comme si faute de les produire à cette date, l'organisme qu'on dirige allait tomber dans un trou dont il ne ressortira pas. D’abord finir l’année, c’est l’objectif du jour. On verra pour après demain quand on aura tourné la page qui n’est pas encore tout à fait lue.

3) Troisième point en fin d'année, le dirigeant qui a accumulé les tensions et les soucis pour diriger sa barque au point d’en avoir mal aux bras, voudrait pouvoir souffler. Il aspire à prendre quelques congés, sans déjà assombrir son moral en pensant déjà aux gros nuages chargés de pluie, de grêle et de neige qui risquent de lui tomber sur la tête dés que le 1er Janvier aura pointe le bout de son nez. Les cadeaux de Noël qui ravissent les enfants et le réveillon de la Saint Sylvestre avec Champagne et cotillons n'ont qu'un temps. Alors s’encombrer la tête avec la préparation des vœux, très peu pour lui ou pour elle.

4) Dernier point, les vœux reviennent chaque année et à chaque fois, il faut répéter les mêmes banalités sur :
- l'année qui vient de se dérouler en mettant l’accent sur les réussites plus que sur les résistances.
- les vœux de bonne santé (en n'omettant pas de souhaiter un bon rétablissement à ceux et celles qui sont frappés par la maladie)
- les échéances ( toujours heureuses et positives) qui attendent chacun de ses collaborateurs au sein de chaque service, (surtout n’en oublier aucun.)
- l'avenir forcément radieux qui attend l'organisme si tous le
s travaux cités sont menés à bien.

Et si un dirigeant s'avisait à ne pas prononcer des vœux?

Bref, les vœux tombent toujours mal et peuvent être considérés comme une corvée directoriale par les dirigeants obsédés par la performance et l’efficience de leur organisme. Pourtant, les vœux devant le personnel, ne peuvent pas ne pas être. Ils constituent un moment nécessaire de pause dans la vie des organisations.

Imaginez vous un directeur d'entreprise ou d'organisme qui ne ferait pas de vœux en disant: "et bien non, cette année, j'ai décidé de ne pas sacrifier du temps pour cette tradition ridicule et coûteuse en temps de travail perdu et en boissons et petits gâteaux."

- Ce serait considéré par le personnel comme du mépris ou pire comme une incapacité du boss à exprimer le souhait que l'année se déroule bien en fixant le cap. Attention au personnel qui se sent mal aimé. Il peut se rebiffer au premier incident.

- Ce serait une occasion manquée pour le dirigeant de rencontrer des collaborateurs qu'on ne voit que rarement tout au long de l'année et à qui l'on peut dire quelques mots aimables en mangeant une galette et un verre de cidre. ( on n'est pas obligé d'organiser des vœux à coup de coûteux champagne des meilleures maisons de Reims et de petits fours de chez Fauchon.)

- Ce serait priver ses agents d'un moment de convivialité et de vivre ensemble qui mieux qu'un long discours témoignent du fait établi que l'entreprise constitue une "grande et belle famille toute entière qui par delà les tensions du quotidien, s'attache à réaliser avec cœur et conscience les objectifs assignés par son dirigeant."

- Enfin, même si le boss ne saurait être assimilé à un ministre du culte officiant devant une assemblée souvent peu versée dans l'enthousiasme mystique, le manager en chef perdrait une occasion d'utiliser ce ministère de la parole pour fixer par un discours bien léché, le cap du bateau qu'on lui a confié.

Et puis après tout, le Président de la République s'exprime à la télévision pour souhaiter ses vœux à la population et plusieurs fois pendant le mois de Janvier devant les différents corps constitués du pays. Alors comment en tant que directeur ou directrice, oser ne pas prononcer des vœux, même si cette cérémonie par son caractère banal convenu et répétit
if peut constituer un pensum annuel?


Quelques conseils pour préparer une cérémonie des vœux.

Dans ces conditions, Frédo la Sécu se permettra de donner quelques conseils au dirigeant trop pressé pour perdre son temps à préparer une cérémonie et un discours de vœux, afin de transformer cette cérémonie "obligatoire" en opération de communication positive.

1) Sans faire des vœux le point cardinal de l'année, pensez toute l'année aux événements susceptibles d'être remémorés lors du discours de vœux. Vous pourrez ainsi facilement évoquer les points fors de l'année passée. Bien sûr, il vous faudra faire le tri pour ne pas lasser par un discours fleuve un auditoire qui attend moins de l'entreprise un prêche rébarbatif qu'une collation réparatrice en fin d'après-midi.

2) Si vous vous lancez dans "une énumération en forme de remerciements pour le travail accompli," l'année précédente, sachez qu'il s'agit d'une opération périlleuse au cours de laquelle, il ne faut oublier personne au risque de froisser pour longtemps l'amour propre de ceux ou des services qui ne seront pas nommés.

3) N'insistez pas sur les inévitables carences de la maison que vous dirigez. Les vœux, ce n'est pas un procès en place publique ou un cours pendant lequel un professeur sévère critique les égarements de ses élèves. N'oubliez pas qu'après le dessert, il y a le jus d'orange et le cidre qu'il ne faut pas transformer en vinaigre par quelques mots trop critiques.

4) Préparez avec soin votre discours sur "l'Etat de l'Union" sans en faire un monument littéraire que certains de vos collaborateurs moins cultivés que vous ne comprendraient pas. Interdisez vous notamment les citations latines. Elles font cuistre et ne sont comprises par personne.

5) Ne vous trompez pas de messe. Les vœux ce n'est pas un Requiem et sauf exception. Il n'y a pas lieu de promettre au cours des vœux du sang de la sueur et des larmes comme le fit Churchill aux Anglais en 1940 pour les galvaniser face aux armées allemandes.

6) De grâce en cette période un peu sombre, faîtes un peu d'humour y compris sur vous-même en montrant ainsi que vous n'êtes pas qu'une fonction mais aussi une personne sensible capable (et oui tout arrive,) d'humanité.

7) Si vous voulez par votre discours de vœux fixer des objectifs d'année à votre personnel, veillez bien à ce qu'ils aient été préalablement partagés avec vos collaborateurs direct afin que ceux-ci puissent les relayer auprès des leurs. Annoncer un scoop connu de vous seul au cours des vœux, constitue une action risquée qui vous demandera beaucoup de salive quand il vous faudra le préciser au collège de Direction et aux instances représentatives du personnel.

Et n'oubliez pas, souriez, Monsieur le Directeur, madame la Directrice, vous êtes filmés par les yeux de vos collaborateurs. Ilsi vous regardent tantôt avec le regard sombre de Iago le jaloux d'Othello et de Shakespeare tantôt avec les yeux de Chimène l'amoureuse du Cid et de Corneille ou tout simplement avec la vision sceptique de tous les « Montaigne » de niveau moyen qui peuplent votre organisme en diffusant leurs doutes sur la santé de votre organisme à la machine à café.

Alors, mesdames et messieurs les dirigeants, transformez la cérémonie banale et convenue des voeux, en un moment attendu, enthousiaste, fort et convivial de l'organisme
dont vous avez la charge. C'est son intérêt autant que le vôtre.



Au fait j'allais oublier. Frédo la sécu, vous souhaite une bonne et heureuse année 2014.


Frédéric Buffin
0616913768
Blog fredericbuffin
.fr
Twitter @Buffin13

Les voeux comme instrument nécessaire de management.
Les voeux comme instrument nécessaire de management.

Partager cet article

Repost 0
Frédéric Buffin - dans Management
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Chronique d'un jeune retraité disposant encore d'un peu de matière grise pour écrire.
  • Chronique d'un jeune retraité disposant encore d'un peu de matière grise pour écrire.
  • : Commentaire décalé de l'actualité vue par un retraité bien décidé à cultiver son jardin sans oublier la vie du monde.
  • Contact

Recherche

Liens