Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
27 juillet 2015 1 27 /07 /juillet /2015 18:10
Cannabis: histoire d'un succès et d'une série d'échecs

Cocorico. Ce 27 juillet est à marquer d'une pierre grise. (Le blanc, c'est pour la poudre de cocaïne.) Les services chargés de la répression du trafic de drogue viennent de récupérer aux Arnavaux à Marseille et du côté de Vitrolles près de 6 tonnes de drogue en arrêtant de surcroît trois personnes. Les bravos pleuvent jusque dans les hautes sphères, puisque François Hollande en personne présent en Provence va faire un détour pour féliciter les fins limiers qui ont mis la main sur cette marchandise prohibée mais si en vogue parmi nos concitoyens.

Pourtant, il ne faut pas trop se réjouir d'un tel succès du fait de ce qu'il représente en terme d'échecs dans la lutte contre la consommation de substance illicite.

1) Si les commanditaires ont pu faire venir du Maroc une telle quantité de cette drogue, c'est qu'évidemment en tant qu'offreurs, ils savent que les demandeurs ont largement débordé les cercles de quelques consommateurs branchés. L'offre tente par des moyens quasi industriels, de répondre à la demande de milliers voire de dizaines de milliers de consommateurs. Une étude récente a montré que près de 30% des collégiens et lycéens ont goûté au pétard à l'occasion d'une fête ou d'une soirée.

2) Derrière ce chiffre énorme de 6 tonnes, se cache une série de contre-sociétés de grossistes, revendeurs, dealers, guetteurs et bien entendu consommateurs qui dans les quartiers dits sensibles vivent de la vente du produit à faire des "fumettes, des joints ou des bedos"sans grand espoir de voir ces trafiquants reprendre une activité moins lucrative (et moins risquée) devant la facilité des gains que cette activité lucrative procure.

3) L'argumentaire sanitaire pour les consommateurs est sans effet malgré la persistance de la molécule active dans le cerveau beaucoup plus longue que celle du tabac. Les accrocs au chit, vous diront tous qu'ils trouvent tout à fait injuste qu'ils soient pourchassés au nom de l'argument santé, alors que les hôpitaux sont pleins des malades de l'alcool et du tabac qui coûtent très chers à la Sécurité Sociale.

Bref, certains spécialistes estiment que la lutte contre le trafic de cannabis produit les mêmes effets pervers que ceux de la prohibition contre l'alcool dans les années trente aux E-U; développement du gangstérisme, policiarisation de la société, marginalisation des consommateurs, surfréquentation des prisons, etc. De là à envisager la légalisation du cannabis, il n'y a qu'un pas. Ceci pourrait même remplir les caisses du Trésor public.

Le débat public sur le cannabis est aujourd'hui très difficile tant il développe de passions. Il n'y en eut pas temps pour la vente de l'herbe à Nicot. Mais l'ouverture des frontières, la mondialisation et la protection des consommateurs malgré eux nécessitent que ce débat soit ouvert pour éviter que le succès d'aujourd'hui soit une victoire sans lendemain.

Frédéric.

Partager cet article

Repost 0
Frédéric Buffin
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Chronique d'un jeune retraité disposant encore d'un peu de matière grise pour écrire.
  • Chronique d'un jeune retraité disposant encore d'un peu de matière grise pour écrire.
  • : Commentaire décalé de l'actualité vue par un retraité bien décidé à cultiver son jardin sans oublier la vie du monde.
  • Contact

Recherche

Liens