Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
29 décembre 2015 2 29 /12 /décembre /2015 10:45
Le silence assourdissant du premier secrétaire du parti socialiste sur la déchéance de nationalité pour les bi-nationaux condamnés pour terrorisme.




Depuis que le President de la république et le premier ministre se sont engagés pour inscrire dans la constitution le principe de la déchéance de nationalité pour les bi-nationaux condamnés pour terrorisme, de nombreuses voix se sont faites entendre pour condamner cette disposition au nom des valeurs défendues par le Parti Socialiste. Tout y passe: Mesure indigne, liberticide, porte ouverte à la montée du racisme, propre à diviser la communauté nationale, etc.


Mais le plus frappant dans cette proposition, c'est qu'elle ne suscite à ce jour aucune réaction de la part du premier secrétaire du parti socialiste d'habitude si prompt à réagir sur le front des valeurs. C'est évidemment difficile de défendre une mesure qu'on a si bien vitupéré avant les elections regionales. Et comment faire autrement que de se taire quand le chef de l'Etat reprend une proposition phare du camp d'en face presque surpris qu'elle ait été si rapidement adoptée.


Et ce silence imposé au premier secrétaire par la dyarchie au pouvoir, est en train de dégénérer puisque désormais, la haute autorité éthique du parti socialiste est saisie, comme si "le boss" tout en demeurant le muet du sérail, laissait faire les seconds couteaux qui gravitent autour de lui. Un débat sur la mise en danger du droit du sol, n'est pas du niveau de "Camba"

Mr Cambadelis, qui n'est plus qu'un supplétif à la solde du gouvernement, devrait méditer devant cette cacophonie organisée par les plus hautes autorités de l'Etat, la pensée pascalienne: "le silence éternel des espaces infinis m'effraie."

A moins qu'il ne s'honore en démissionnant de sa charge qu'il est incapable d'assumer au nom des valeurs d'Egalité et de Fraternité qu'il prétend défendre.

Toute cette pagaille pour une mesure symbolique qui évidemment ne servira à rien pour réduire le terrorisme. C'est dur la politique quand on ne songe qu'à 2017, alors que 2016 n'a pas encore commencé.


Mais chut! Ça il ne faut pas le dire ni l'écrire.

Partager cet article

Repost 0
Frédéric Buffin
commenter cet article

commentaires