Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 janvier 2016 2 12 /01 /janvier /2016 23:11
Et pourquoi François il se décarcasse?

C'est pas une vie d'être Président de la République quand on est harcelé par ses conseillers en communication. Depuis le début de l'année, le malheureux en effet n'arrête pas de faire dans la com auprès des médias.:
- Voeux en série où sur le ton compassé du père de la Nation, il magnifie le vivre ensemble républicain notion tellement vague et consensuelle que personne de bien élevé ne s'aviserait de contester.
- Commémorations en mode rafale de Kalachnikov pour bien faire comprendre au bon peuple que l'esprit Charlie et l'esprit 13 novembre sont issus de la même filiation "nationelle" (pour ne pas dire nationaliste notion aussi nauséabonde qu'éculée.Même en restaurant l'image du drapeau bleu blanc rouge, il faut savoir ne pas aller trop loin.)
- Préparation laborieuse du débat sur la déchéance de nationalité pour les bi-nationaux convaincus de terrorisme, dans un concert cacophonique des vierges effarouchées de la galaxie socialiste qui s'inquiètent du virage sécuritaire du chef de l'Etat.
- Annonce et préparation d'un énième plan de relance de lutte contre le chômage avec un effort annoncé sans précédent sur la formation professionnelle (qui en principe relève de la compétence des régions et des partenaires sociaux.) On se demandera sans ironie pourquoi ces mesures seront prises si tard.
- Évocation d'un plan de mobilisation des jeunes avec la relance de l'apprentissage formule massacrée dans les premiers mois du quinquennat, soudain réhabilitée et l'accroissement des crédits pour le développement du service civique paré aujourd'hui de toutes les vertus.

Et voilà que ce peuple au nom duquel il parle, se met à déserter la place de la Nation le jour de la commémoration des attentats du 13 novembre, alors qu'on avait pris la précaution de faire venir Johnny (qui ce jour là avait troqué son costume de Rockstar contre celui d'un haut fonctionnaire obligé de sortir couvert un jour d'hiver.
Ces Parisiens, ils auraient tout de même pu faire l'effort de se lever dimanche plutôt que de faire la grasse matinée!
Et voilà que ce même bon peuple sondage après sondage n'accorde plus sa confiance au locataire de l'Elysée qu'a 29% en baisse de 12% par rapport au mois précédent. Comme quoi la confiance s'acquiert en gouttes et se perd en litres.
Et voilà qu'un certain nombre d'intellectuels évoquent le principe d'une primaire de gauche où le President de la République ne serait qu'un candidat parmi d'autres. Le matin en Conseil des Ministres pour faire valider un projet de loi, le soir devant quelques militants de gôoche épars sous le préau d'une cour d'école. Quelle déchéance nationale pour le chef de l'Etat s'il acceptait cet affront.

Que d'efforts donc pour un si piètre résultat. Que d'ingratitude et de manque de reconnaissance vis à vis d'une si intelligente démarche triangulaire qui visait à s'acoquiner une partie de la droite et le centre tout en conservant la plus grande partie de la gauche. C'est raté . Au moins pour l'instant.

Un jour dans ma carrière professionnelle, j'ai eu l'occasion de rencontrer Philippe Séguin dans les Vosges son fief électoral, après la défaite de Jacques Chirac en 1988. Il Il m'avait indiqué que le premier devoir d'un ministre était de se méfier comme la peste de ses collaborateurs directs et notamment de ses conseillers en communication.
Ceux-ci lui avaient vendu la fin du remboursement à 100% des maladies connexes liées aux soins des longues maladies totalement exonérées. Il estimait que cette mesure financièrement très positive, avait fait perdre deux millions de voix au candidat Chirac face au Président de la République sortant et qu'il se sentait responsable de la défaite de son patron.

François Hollande ferait bien de prendre ce conseil de réserve vis à vis des communicants au sérieux plutôt que de continuer à développer une suractivité médiatique imposée par leurs préconisations .
Pour l'instant, le peuple semble lui dire: "parle à mon c.., ma tête est malade. De plus, il n'est pire sourd que celui qui hé veut point entendre. Dans ces conditions, l'édile élyséen devrait en matière de communication médiatique , s'appliquer le principe "de tact et mesure" dégagé par la jurisprudence du Conseil d'Etat pour les dépassements d'honoraires de certains médecins.
Mais il n'en fera sans doute rien, parce que son corps d'origine, c'est la cour des comptes! Quoiqu'en matière des déficits et de la dette publique, il ne soit guère un orfèvre tout comme ses prédécesseurs d'ailleurs.


Frederic Buffin 12 janvier 2016.

Partager cet article

Repost 0
Frédéric Buffin - dans politique
commenter cet article

commentaires