Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
9 janvier 2016 6 09 /01 /janvier /2016 16:11
L'insoutenable légèreté de certaines ministres.

L'insoutenable légèreté de certaines ministres.


L'auditeur au hasard des propos qu'il entend sur les ondes, ne peut qu'être confondu par les bourdes que prononcent certains détenteurs de l'autorité publique au nom de cette "obligation de parler"aux médias dont ils s'estiment dépositaires.
En son temps Nicole Questiaux, éminente spécialiste du social, alors ministre de la Solidarité Nationale dans les années quatre-vingt, avait cru malin de dire qu'elle n'avait pas vocation à être la ministre des comptes de la Securite sociale, alors que ceux-ci tendaient à plonger dangereusement dans le rouge.
Le chef de l'Etat lui fit payer cette audace langagière qui signifiait en fait qu'elle n'acceptait pas le tournant de la rigueur, en la remplaçant par Pierre Beregovoy le 29 juin 1982.
Quand François Mitterand était aux manettes, les ministres devaient remuer leur langue dans le bon sens, sinon, "dehors".

Myriam El Khomri, notre grande spécialiste du droit du travail si à l'aise il y a quelques semaines sur le contrat de travail à durée déterminée devant un chroniqueur de RMC méchant comme une teigne, vient de dire en parlant du chômage dont il faut bien parler même en cette période de commémoration des attentats de débuts janvier 2015, qu'elle n'était pas "la ministre des statistiques". (Sic dans le texte)
La malheureuse est évidemment si assurée que celles-ci ne vont pas s'améliorer contrairement à ce qu'a dit Manuel Valls, et à l'inverse des souhaits du President de la République, qu'elle préfère dire une touchante vérité qui la rend d'ailleurs sympathique: « La croissance avec 40.000 créations d’emplois ce n’est pas suffisante pour faire reculer le chômage », a-t-elle dit, rappelant qu’il y avait chaque année « entre 800.000 et 850.000 entrées sur le marché du travail » pour environ « 700.000 départs à la retraite ».

Que dirait-on si Michel Sapin indiquait qu'il n'était pas le ministre du déficit budgétaire et de la dette publique alors que celle-ci toujours en hausse, dépasse aujourd'hui les 2000 milliards?
Quant aux comptes de la Sécurité Sociale toujours dans le rouge depuis plus de dix ans, Marisol Touraine ministre des Affaires Sociales dispose de l'insigne chance qu'ils ne font débat public qu'à l'occasion de la publication du rapport de la commission des comptes une fois tous les six mois.
Forte de ce qui est arrivé à Nicole Questiaux trente ans plus tôt, elle se gardera bien, si elle souhaite conserver sa place, de redire qu'elle ne s'intéresse pas aux comptes de notre vache à lait nationale qui du berceau à la tombe assure notre protection sociale.

On comprend bien que pour un ou une ministre du travail, annoncer devant la presse que les statistiques du chômage (3 574 800 sans aucune activité en novembre) ne sont pas bonnes tout en mettant l'accent sur les quelques éléments d'amélioration qu'elles recèlent, constitue un exercice difficile et décapant, mais tout de même. C'est à croire que la ministre fraîchement nommée, n'a déjà plus qu'une envie, c'est d'être débarquée, tant la tâche de faire baisser le chômage est ardue. Boire le calice jusqu'à la lie, est un exercice christique qui ne convient pas à certains, mais surtout à certaine.

On notera que ces propos sont une peccadille à côté de ceux de madame Taubira garde des sceaux, qui tout en se déclarant opposée à la déchéance de nationalité pour les binationaux convaincus de terrorisme, se dit prête à défendre le projet de loi constitutionnelle le promouvant, devant le Parlement et le Congrès. Comprenne qui pourra cette façon de faire le grand écart entre ses convictions et son action.
Au moins celle-ci n'a-t-elle pas encore osé dire: "je ne serai pas la ministre de la déchéance nationale," ce qui signifierait sans doute son départ immédiat.

Même si ce n'est pas toujours confortable, ça ne doit pas être si mal d'être ministre de la République, même en portant quelques casseroles comme l'échec de la lute contre le chômage ou l'insécurité.

Partager cet article

Repost 0
Frédéric Buffin - dans politique
commenter cet article

commentaires