Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
24 août 2016 3 24 /08 /août /2016 13:42
Élection présidentielle: le trop-plein de candidats.

Élection présidentielle: le trop plein de candidats.

On peut ne pas avoir aimé Charles de Gaulle avec ses sentences en forme de donneur de leçon à la terre entière. Avec le recul, le "Vive le Québec libre" prononcé à Montréal en 1967, devant une foule enthousiaste, par mon général, avait provoqué une belle pagaille diplomatique.

Mais on ne peut pas lui retirer cette qualité de la formule assassine et parfois fielleuse, qu'il prononçait à l'occasion de ses fameuses conférences de presse que les journalistes appréciaient avec gourmandise.
On retiendra notamment celle-ci prononcée en 1958: "Pourquoi voulez-vous qu'à 67 ans, je commence une carrière de dictateur?"
On se souviendra aussi de celle du 15 mai 1962 où en quelques mots, il exprima sa vision sur l'Europe: "Dante, Goethe, Chateaubriand, appartiennent à toute l'Europe, dans la mesure même où ils étaient respectivement et éminement Italien, Allemand et Français. Ils n'auraient pas beaucoup servi l'Europe s'ils avaient été des apatrides, et qu'ils avaient pensé et écrit en quelque esperanto ou Volapuk." De Gaulle n'était pas fédéraliste, que voulez-vous.

On retiendra enfin cette formule qui lui servit de conclusion lors de cette conférence, au sujet de sa propre succession: "Ce qui est à redouter après moi, ce n'est pas le vide politique, ce sera plutôt le trop plein."

Bien sûr depuis le grand Charles, beaucoup d'eau a passé sous les ponts voici plus de cinquante ans et six présidents lui ont succédé, ce qui démontre que la cinquième république dispose de reins solides, même sans l'ombre tutélaire du Général. C'est d'ailleurs peut-être mieux ainsi pour la stabilité du pays.

Il faut bien avouer que la formule gaullienne prononcée en 1962 sur la pléthore de candidats potentiels à la plus haute charge de l'appareil d'Etat est aujourd'hui pleine d'actualité, primaire ou pas primaire:

- A droite et à l'extrême droite, les candidats déclarés pourraient constituer une équipe de foot-ball sans qu'on sache bien qui pourrait prétendre au poste de gardien de but ou d'avant-centre.
- A gauche et à l'extrême gauche ils pourraient fournir une équipe de hand-ball avec les candidats verts, En ignorant encore si l'actuel locataire de l'Elysée est prêt à jouer le rôle de capitaine ou de remplaçant.
- Et même le centre s'active avec le grand marcheur issu des Pyrénées et peut-être l'édile de la cité du Vert- Galant, (si d'aventure le maire de la ville du quartier des Chartrons était battu lors de la primaire de la droite.)
Dans les semaines qui viennent, nous verrons sans doute encore de nouvelles annonces de candidatures, toutes évidemment dans l'unique intérêt de la France ou du pays.

Ça nous promet des débats politiques jusqu'à l'overdose. Ça nous changera des reportages sportifs de cet été. Le foot, le Tour et les J.O., ras-le bol!

Le vieux était méchant, mais il était lucide et perspicace: Il savait que malgré les Institutions, l'appétit de pouvoir était insatiable et que même la cinquième république ne pouvait mettre fin à cette volonte irrépressible d'accéder à la magistrature suprême.

Ce qui démontre qu'envers et contre tout, devant l'incapacité à résoudre la crise de l'emploi, des migrants et de la violence terroriste sur fond de poussée islamiste, la place du "château" doit être bonne.
Dormir à l'Elysée, quel rêve? ...qui peut virer vite au cauchemar comme en témoigne la descente aux enfers dans les sondages de l'actuel locataire de ce saint lieu.


Partager cet article

Repost 0
Frédéric Buffin
commenter cet article

commentaires