Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
25 août 2016 4 25 /08 /août /2016 06:48
Notre Président avoue un peu tôt qu'il n'a pas eu de chance.

Notre Président avoue un peu tôt qu'il n'a pas eu de chance.

"Les conversations privées avec le Président de la République" constituent un ouvrage agréable à lire. La lecture des 300 pages ne vous révèlera certes aucun secret d'Etat, mais elle permet d'en savoir un peu plus de la psyché du locataire de l'Elysée. Elle traduit les réflexions d'un pur "homo politiqus" d'une grande intelligence mais sans réelle profondeur et dénué de tout esprit de transcendance qui sied pourtant si bien à la fonction de monarque républicain.

Surprise est même pris d'un accent de sincérité lorsqu'à propos de l'inversion de la courbe du chômage qu'il espérait dés 2013, il indique: je croyais que la croissance serait de 0,7% ou 0,8% . Je me suis trompé. Je n'ai pas eu de bol."

On passera sur la bonne utilisation des spécialistes de politique économique et de communication qui n'ont pu venir à bout de de l'incorrigible optimisme du Président toujours adepte de la méthode Coué et prêt à dire à tous moments "la prospérité est au coin de la rue," comme le Président américain Herbert Hoover en pleine crise des années 1930.
A force d'entendre ces propos lénifiants en forme de "ça ira mieux demain," alors que les millions de chômeurs s'agglutinaient devant les bureaux de l'emploi, celui-ci fut débarqué par le peuple américain en 1933 et c'est Roosevelt qui fut chargé de traiter le sujet.

Mais c'est surtout le rapport avec sa bonne étoile mise en défaut à propos de l'emploi qui frappe le lecteur. Comment a-t-il pu accepter que soit inscrit un tel propos sur son pas de bol
Car enfin, comme disait Pierre Desgraupes ancien Président de chaîne de télévision: "le manque de chance est une faute professionnelle."
Notre Président aurait dû aussi se souvenir d'un aphorisme bien connu d'Hector Berlioz , ce grand musicien romantique:“La chance d'avoir du talent ne suffit pas ; il faut encore le talent d'avoir de la chance.”

Au bout du compte, les électeurs en 2017, seraient bien avisés de faire montre vis à vis des candidats à la présidentielle de la même interrogation prudentielle que celle de Napoléon quand il devait nommer ses officiers ou ses préfets, malgré tous les mérites que ses conseillers lui avaient fait valoir au sujet de tel ou tel qui convoitait ces charges: "Fort bien, mais a-t-il de la chance?

A ce petit jeu électoral , l'actuel occupant du Château, n'est pas sûr de gagner si l'électeur prend en compte le facteur chance.


Partager cet article

Repost 0
Frédéric Buffin
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Chronique d'un jeune retraité disposant encore d'un peu de matière grise pour écrire.
  • Chronique d'un jeune retraité disposant encore d'un peu de matière grise pour écrire.
  • : Commentaire décalé de l'actualité vue par un retraité bien décidé à cultiver son jardin sans oublier la vie du monde.
  • Contact

Recherche

Liens