Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
20 novembre 2016 7 20 /11 /novembre /2016 18:28

Une proposition de mon programme présidentiel. Nommer des collaborateurs disposant d'un Q.I. normal.

Si qu'à Dieu ne plaise, je devais me présenter  à l'élection présidentielle pour la magistrature suprême , j'inscrirais dans mes  engagements de campagne,  l'obligation de choisir mes collaborateurs ainsi que leurs conseillers techniques et les membres de la haute administration un vivier de candidats dont le quotient intellectuel n'est pas supérieur à 100- 115 ce qui correspond à une intelligence moyenne pour ne pas dire normale.

Cette mesure en apparence secondaire que certains pourront considérer comme une étrange solution gadget, propre à renforcer de façon excessive le pouvoir des "psys", aurait plusieurs avantages substantiels dans la mise en oeuvre des politiques publiques. Elle constituerait un pas décisif dans la mise en oeuvre du pacte de simplification, toujours annoncé, mais rarement mis en oeuvre.

- Grâce à l'émergence d'un groupe d'administrateurs à l'intellect normal, elle serait un premier pas vers l'élaboration simplifiée de la loi et du règlement,  avec le retour au principe classique selon lequel  "ce qui se conçoit bien s'énonce clairement." 

Sans revenir à des formules aussi lapidaires mais faciles à comprendre,  que "tout condamné à mort aura la tête tranchée,"  des esprits moyens devraient ainsi  cesser de rédiger des textes illisibles qui font du Journal Officiel et des codes législatifs et réglementaires, un grimoire qui ne peut-être compris que par des experts hors pairs.
La "legistique"qui n'est comprise que par ceux qui sont les gardiens des codes législatifs et réglementaires, ça suffit.

- Cette mesure, interdirait à terme,  la mise en oeuvre d'usines à gaz telles que le compte pénibilité ou le dispositif fiscal de retenue à la source dont les mises en oeuvre vont durablement pénaliser les chefs d'entreprise qui ne sont pas tous sortis de l'ENA ou de la cuisse de Jupiter. A trop sophistiquer les réglementations comme aujourd'hui, aucune personne ne peut se lancer dans une aventure entrepreneuriale sans trembler devant le monstre réglementaire qu'il doit affronter avant même d'avoir perçu un euro de recette.

- Dans le domaine de la dérèglementation du travail que des administrateurs  normaux, seraient appelés à mettre en oeuvre, elle pourrait constituer un moyen puissant de faire repartir l'embauche, alors que tout patron sensé ne peut recruter une personne en C.D.I. sans suer à grosses gouttes devant un acte susceptible de le faire passer au prudhommes, si d'aventure  la personne recrutée vient à être licenciée.

- Elle serait à terme un bon moyen de limiter le nombre de fonctionnaires qui passent leur temps: 

. à rédiger  des circulaires pour expliciter des textes législatifs et réglementaires incompréhensibles,

.  à expliquer à des administrés égarés comment se mouvoir dans le labyrinthe de la réglementation sans risquer d'être écrasé par un minotaure de papier mal veillant.

. à sanctionner tous les contrevenants aux règles qui corsettent les citoyens et les entrepreneurs dans tous les actes de la vie quotidienne.

Au bout du compte qu'elle soit effectuée par des gens normaux ou des  génies, une dérèglementation qui n'écrase pas les plus pauvres, est nécessaire et inéluctable pour réveiller les énergies du pays.

Que ferait-on des personnes qui disposent d'un Q.I supérieur à 100? Elles ne seraient nullement exclues de la vie sociale, mais elle seraient très chaleureusement invitées à investir leur intelligence dans une autre voie que le renforcement de la contrainte réglementaire qui paralyse la société civile. 

Inciter les têtes d'œuf à rejoindre les domaines de la recherche universitaire,  de la création d'entreprise, de la création artistique, de l'animation de la vie associative ou de la gestion syndicale et paritaire, permettrait de renforcer de façon significative les corps intermédiaires, plutôt que d'accroître le pouvoir de notre bureaucratie qui transforme peu à peu notre pays en république soviétique molle.

Et si cette déréglementation pouvait être réalisée par un président normal (mais un vrai), ce serait bien.

Frédéric Buffin conscient du fait que sa proposition farfelue n'a pas la moindre chance d'être mise en oeuvre. Dommage, alors que  limiter le poids de la sphère publique sur la société civiles voie d'étouffement constitue un impératif catégorique pour améliorer la création de valeurs dans notre beau pays de France.

Partager cet article

Repost 0
Frédéric Buffin
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Chronique d'un jeune retraité disposant encore d'un peu de matière grise pour écrire.
  • Chronique d'un jeune retraité disposant encore d'un peu de matière grise pour écrire.
  • : Commentaire décalé de l'actualité vue par un retraité bien décidé à cultiver son jardin sans oublier la vie du monde.
  • Contact

Recherche

Liens