Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
5 mai 2017 5 05 /05 /mai /2017 06:07

Après le triste débat du 3 mai 2017, il est urgent de Rendre  obligatoire l'utilisation de  l'alexandrin dans le débat politique.

Toutes les grandes plumes de la presse y compris à l'étranger, regrettent l'agressivité du débat entre Marine et Manu, ce qui a tiré l'expression des idées vers le bas. Chacun y est allé de sa vacherie pour déstabiliser l'autre: "Vous êtes une menteuse et vous n'avez pas de programme sérieux" dit l'un. "Vous êtes le candidat à plat ventre de la France soumise, " rétorqua l'autre. 
Heureusement que nos deux candidats étaient à 2,50 mètres l'un de l'autre, sinon à force de mots d'une telle violence, ils auraient  pu en venir aux mains. Ça aurait été complet. 

Les journalistes chargés de canaliser les échanges pendant l'émission, ont vécu un véritable calvaire tant les règles de la courtoisie ont explosé en cours d'emission. Ce n'est pas très agréable d'être ainsi  réduit au rôle de compteur de coups, mais ce fut ainsi. Seul le surmoi des deux acteurs les ont empêchés de s'insulter comme des gamins dans une cour d'école. Si  l'argot et  l'injure étaient autorisés,  à quelles extrémités ne serions-nous pas parvenus? 

Pour éviter le renouvellement d'une telle catastrophe médiatique qui n'a pas rehaussé  dans l'opinion,  l'image  de marque de la politique, je propose que par décret, il soit  imposé aux candidats, d'échanger entre eux en alexandrins.

Il serait extrêmement pédagogique pour les enfants des collèges et des lycées qui écoutent les débats à la télévision,  d'entendre les prétendants au pouvoir exceller dans l'usage des vers à douze pieds utilisés avec tant de talents par Victor Hugo. 
Ça aurait de la gueule d'entendre un candidat parler de la réforme de l'Education nationale en ces termes : "j'ai mis un bonnet rouge au vieux dictionnaire." 
Après tout, Cyrano de Bergerac la pièce d'Edmond Rostand en alexandrins a toujours autant de succès. On en a même fait un film avec un magnifique Depardieu en Cyrano.

Mais surtout, cette utilisation des vers à douze pieds aurait pour avantage d'imposer aux candidats la maîtrise de leur expression. Nous aurions donc la satisfaction de voir deux candidats obligés de tenir leur rang dans la promotion   de la culture française. 

Ça pourrait donner ceci, en commençant par Marine, honneur aux dames:

"Monsieur, qui sortez de l'ENA et de la banque, 
Ne voyez vous pas, que le bon peuple est en manque,
D'emplois, de ressources  et de considération,
Et qu'il  est même au bord d'une grave insurrection. 

Quand vous vous gobergiez dans votre ministère, 
Vous lui imposâtes  une  mesure fort  austère,
 grâce à l'infâme quarante-neuf-trois , la loi travail,
Faite  pour pressurer les salariés. Belle trouvaille!

Vous êtes le jou-jou de Bruxelles et de l'Europe,
Mais ne seriez vous pas plutôt bien misanthrope,
D'imposer aux  PME une folle concurrence 
Qui, déloyale les tue, par votre indifférence?

Je veux que nous revenions au protectionnisme, 
Pour mettre fin au carcan du pangermanisme.
Je rétablis le Franc, c'est la fin de l'Euro, 
Deux mille dix-huit sera du Frexit,  l'an zéro.

Plus d'étrangers pour faire les travaux salissants,
Les chômeurs pourront faire des travaux harassants 
Pour que leurs soient alloués de très bons salaires
Et qu'ils puissent enfin se  sortir de leurs galères.

Bientot,  j'enfermerai les quinze mille fichiers S 
Et j'en expulserai un maximum,  en vitesse.
Demain dans le pays, je fais construire des prisons,
Que les juges me rempliront à pleines cargaisons.

Au lieu de vous mettre à plat ventre devant Merkel,
De vous comporter devant elle comme un teckel,
Cessez de favoriser la désespérance, 
De tous ceux qui continuent d'adorer  la France.."

Manu pourrait lui répondre en ces termes.

"Madame l'héritière qui sortez de Saint Cloud, 
Qui sûrement,  n'avez jamais tapé sur un clou, 
Vous évoquez le peuple, sans vraiment le connaître, 
Vous qui n'avez jamais connu, que le bien- être.

Vous le courtisez, mais vous provoquerez sa ruine,
 Vous lui promettez du beau temps, il aura la bruine.
Avec le retour du Franc, il perdra son épargne,
Contre votre personne, il n'éprouvera que hargne.

Vous n'aimez pas l'Europe et vous avez bien tort.
Vous la voyez féroce comme un alligator,
Alors que grâce à elle, nous construisons la paix,
Pour penser le contraire, il faut beaucoup de toupet."

Vous voulez rétablir les contrôles aux frontières,
C'est là un raisonnement de vieilles gargotières,
Croyez vous qu'on puisse apposer  des barbelés, 
Afin de  tarir le flux de tant d'exilés?

Vos mesures insensées, feront fuir les capitaux,
La dette publique sera remboursée à quel taux?
Car si la confiance s'acquiert en petites gouttes, 
Elle se perd en litres quand on suscite les doutes.

A tort, vous voulez taxer les importations, 
Vous n'aurez que les prix en augmentation.
 Comment mieux porter atteinte au pouvoir d'achat,
En vous livrant sans cesse à vos prêchi-prêchas?

Eh oui, la haine se porte bien dans votre bouche,
Quand vous dénoncez les porteurs de babouches,
Vous divisez la France quand je veux la rassembler,
Et lui donner avec moi, cent raisons d'espérer."

En imposant la versification des arguments, les conseillers de nos candidats, seraient contraints de mesurer leur langage et d'élever le débat, au lieu de leur préparer des flèches en prose qui se brisent piteusement sur la vitre du petit écran devant des téléspectateurs consternés. Allez, mesdames, messieurs, vite,  au boulot!


Frédéric Buffin le 5 mai 2017
Blog: fredericbuffin.fr

 

 

 

                     

 

 

 

 

 

 

 

 

Partager cet article

Repost 0
Frédéric Buffin
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Chronique d'un jeune retraité disposant encore d'un peu de matière grise pour écrire.
  • Chronique d'un jeune retraité disposant encore d'un peu de matière grise pour écrire.
  • : Commentaire décalé de l'actualité vue par un retraité bien décidé à cultiver son jardin sans oublier la vie du monde.
  • Contact

Recherche

Liens