Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
12 mai 2017 5 12 /05 /mai /2017 15:46

La trahison est un des maîtres mots de la vie politique, parce que la trahison est le propre de l'homme.

Depuis quelques mois, la trahison revient en force dans le débat politique. Emmanuel Macron a doublé le président en titre qui en avait fait son conseiller puis son ministre. Manuel Valls  a tordu le bras au même locataire du château  pour éviter qu'il ne se présente à la primaire de la gauche avant de se faire évincer par Benoît Hamon. 
Celui-ci qui avait pourtant gagné  cette primaire, s'est fait lâcher méthodiquement par la plupart des hiérarques socialistes. 
François Fillon au fur et à mesure des révélations du Canars enchaîné a été méthodiquement abandonné par les grands leaders de la droite et du centre.
 Plus récemment encore, Francois Bayrou s'estime trahi parce que la liste des candidats d'en Marche aux législatives a été diffusée sans son aval et qu'elle contient trop peu de membres issus du Modem.  On attend avec impatience la prochaine traîtrise.

À croire que pour faire de la politique, il faut avoir lu "le manuel du parfait petit traitre" ou qu'il faut avoir à l'esprit la célèbre formule de Voltaire: "Mon Dieu gardez moi de mes amis, quant à mes ennemis je m'en charge. 

A l'analyse, il n'y a rien de nouveau sous le soleil: 

-l'ancien testament nous révèle des trahisons célèbres: les fils de Jacob n'hésitent pas à vendre leur  frère Joseph qui deviendra plus tard le conseiller du pharaon. Celui-ci sera assez magnanime pour ne pas les envoyer dans un cul de basse fosse, quand affamés par la sécheresse, ils lui demanderont secours. Ils ont eu de la chance d'avoir un frère disposant d'un tel sens de la famille!
Dans le livre des juges, Samson à la force herculéenne avait tué 1000 Philistins  avec une simple tête d'âne.( On admirera la solidité d'une telle arme que je n'ai jamais vu dans le défunt catalogue de la manufacture d'armes et cycle de Saint Etienne.)

 Ceux qui étaient en vie, se vengèrent en plaçant à ses côtés la redoutable Dalila dont pour son malheur, il tomba amoureux.  La « garce » profita de son sommeil pour lui couper les cheveux afin de le priver  de  toutes ses énergies, de sorte qu'il fut fait prisonnier. Sans misogynie aucune, les hommes politiques doivent parfois se méfier des femmes! Avec les exigences de la parité, le danger du deuxième sexe en politique, ne fera que croître et embellir. 
-Judas qui livra Jésus aux Romains constitue évidemment le modèle du mauvais traitre, de sorte que prononcer ce prénom a l'encontre d'une personne constitue toujours une grave insulte. On n'aura garde d'oublier la trahison en forme de reniement de l'apôtre Pierre qui lâcha ainsi son maitre avant que le coq ne se mette à chanter. Comme quoi, l'enseignement du catéchisme peut permettre au delà de l'expression de la foi en l'au-delà,  de se garder de son entourage.

-D'autres trahisons célèbres m'ont été enseignées à l'école et au lycée publics que j'ai fréquentés de la primaire jusqu'à la terminale. 
Le "Tu quoque mi fili" (toi aussi  mon fis) prononcé par Jules César lorsque son fils Brutus lui planta une épée dans le dos, m'apprit qu'il était toujours utile, même pour un pontife romain, de regarder derrière soi quand on a la malchance d'être entouré d'ennemis. C'est en de telles circonstances que je compris pourquoi mes parents souhaitaient que je fasse du latin.
Plus tard j'ai du m'infuser la chanson de Roland en classe de 5ème. Je dois tout de même reconnaître que de cet austère enseignement, j'ai retenu que Ganelon, qui s'était allié avec les Sarrasins pour triompher ainsi des troupes de Charlemagne a Roncevaux, constitue encore un modèle de félonie. 
Si quelqu'un vous traite de Judas ou de Ganelon, il est probable que vous ne passerez pas vos vacances ensemble.


 -La liste est longue des violations par les grands de la monarchie française du code d'honneur et de soumission due au souverain. Le grand connétable que Francois 1er son cousin avait couvert de récompenses à la suite de la victoire de Marignan en 1515, n'hésita pas à rejoindre les troupes de Charles Quint pour battre les troupes royales à Pavie en 1521.
 On n'oubliera pas non plus Philippe Égalité, le cousin de Louis XVI qui vota malgré son  lien de famille, la mort du roi le 21 janvier 1793. ( Il ne fut guère récompensé de cet acte régicide, puisque lui-même fut guillotiné en novembre de la même année.  Bien fait pour ce traitre à la cause monarchique!)

-La République française sans refaire toute l'histoire, n'a pas été exempte de trahisons majeures: plus personne ne connaît Bazaine qui commandait le corps expéditionnaire de Metz et qui capitula sans combattre devant les troupes prussienne de Bismarck en 1870. Il fut accusé et condamné à mort en 1873 pour haute trahison pour ne pas avoir combattu. Mac-Mahon Président de la République de l'époque qui se sentait le cul sale d'avoir été battu lui-même à Sedan, commua sa peine en une réclusion de 20 ans.  Bazaine  n’assuma pas  longtemps cette sentence adoucie par la grâce présidentielle. Il s'évada en Espagne avec la complicité de certains généraux. Comme quoi se rendre pour un militaire, ça peut payer! Cet épisode permit à Victor Hugo d'écrire une belle formule vacharde dont il avait le secret: "Mac Mahon absout Bazaine, Sedan lave Metz. L'idiot protège le traitre."

-Le général de Gaulle lui-même fut déclaré traitre deux fois. Une fois en 1940 par Pétain après avoir diffusé l'appel de Londres le 18 juin 1940 et une deuxième lorsque sur la question algérienne, il se résigna à se ranger dans les camps des partisans de l'auto-détermination contre les tenants de l'Algérie française. A noter que le grand homme qualifié de héros de la deuxième guerre mondiale par les uns et de « traitre à l'empire français » par les autres, s'estima lui-même trahi par Pompidou qui fut débarqué de son  poste de premier ministre  après les événements de mai 1968 et par Giscard qui fut en 1969 le chef de file des opposants de la droite classique au referendum de 1969. On connaît la suite.

-Plus récemment, la trahison a continué de bien se porter lorsque Nicolas Sarkozy initialement adoubé par Jacques Chirac pour ses qualités de volontarisme, préféra rejoindre Édouard Balladur pour la présidentielle de 1995. Depuis, la relation entre les deux hommes à toujours été marquée par une hostilité tenace.  Jamais Jacques Chirac ne voulut faire du "petit excité" son premier ministre.  Celui-ci dut ruminer pendant quelques temps le goût amer de la trahison perdue, méditant par la qu’on ne gagne pas toujours au petit jeu de « ôte toi de là que je m’y mette. »

Ne nous y trompons pas, avec l'élection d'un jeune quarantenaire désireux de ne se classer ni à droite ni à gauche, il y a toute chance pour qu'avec une gauche et une droite éclatées façon puzzle, des parlementaires en nombre, désireux de conserver leur place soient tentés d'aller brouter l'herbe grasse du nouveau champ politique qui vient de se traiter. Et l'accusation de retournement de veste pour des raisons alimentaires pour retenir les ambitions de certains n'en retiendra pas beaucoup. Il faut bien vivre!

Dans les prochains jours, le parfum vénéneux de la trahison, va se sentir durablement dans les allées du pouvoir.

Parfumeurs es trahison, à vos fioles! Vous allez pouvoir vous en donner à nez joie!

Frédéric Buffin le 13 mai 2017
Blog : fredericbuffin.fr

 

 

Partager cet article

Repost 0
Frédéric Buffin - dans Politique
commenter cet article

commentaires

Présentation

  • : Chronique d'un jeune retraité disposant encore d'un peu de matière grise pour écrire.
  • Chronique d'un jeune retraité disposant encore d'un peu de matière grise pour écrire.
  • : Commentaire décalé de l'actualité vue par un retraité bien décidé à cultiver son jardin sans oublier la vie du monde.
  • Contact

Recherche

Liens