Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
8 mai 2017 1 08 /05 /mai /2017 01:13

Une coïncidence troublante. L'évocation du bon pasteur dans l'année liturgique c'était dimanche 7 mai jour de l'élection du Président de la République.

Bien sûr, mes propos n'intéresseront que les "culs bénis" qui comme moi, vont à l'office du dimanche pour "sanctifier" et tenter d'espérer malgré les malheurs du monde. 

Je ne suis pas certain que notre nouveau président "l'Emmanuel," qui signifie  en vieil hébreu "Dieu avec nous,"ait mis les pieds dans une église ce matin, mais s'il l'avait fait, il aurait entendu l'Evangile du jour. Or de façon étonnante, celui-ci était consacré à la parabole  du Bon Pasteur. 

Le bon pasteur, c'est celui qui sait rassembler ses brebis en les rassurant et en les protégeant des voleurs et des étrangers, ce qui dans le langage de l'époque, signifiait  la menace de l'extérieur dans  une Palestine dominée par la peur. (Déjà!)

Le texte de Jean se termine ainsi: "Moi, je suis venu pour que les brebis aient la vie, la vie en abondance." Quel programme alléchant pour les Neuf millions de pauvres de notre pays!

On notera que le thème du bon berger qui met toute son énergie à retrouver une brebis égarée, a traversé les siècles et a inspiré nombre de sculpteurs, de peintres et de facteurs de vitraux.

Or dans son intervention d'après sa victoire electorale, 'l'Emmanuel"  a joué sur le thème du rassembleur, du protecteur et de celui qui s'efforcera de prendre en compte les souffrances de son peuple, comme s'il avait lu cette fameuse parabole. 

Certes, notre nouveau président n'avait pas hier soir, la hauteur effrayante de Yahvé expliquant à Moïse dans l'Exode qu'il doit aller voir Pharaon pour lui enjoindre de laisser les Hébreux sortir du pays dEgypte en ces termes: "L'Éternel dit: J'ai vu la souffrance de mon peuple qui est en Égypte, et j'ai entendu les cris que lui font pousser ses oppresseurs, car je connais ses douleurs.
 Je suis descendu pour le délivrer de la main des Égyptiens, et pour le faire monter de ce pays dans un bon et vaste pays, dans un pays où coulent le lait et le miel, ....
 Voici, les cris d'Israël sont venus jusqu'à moi, et j'ai vu l'oppression que leur font souffrir les Égyptiens.
 Maintenant, va, je t'enverrai auprès de Pharaon, et tu feras sortir d'Égypte mon peuple, les enfants d'Israël." La force de l'au-delà transpire dans ces quelques lignes.

Dans la France de 2017, ce n'est évidemment pas "celui qui suis" qui confère le pouvoir, mais le corps électoral dans sa dimension la plus immanente, par la grâce d'un simple bulletin de vote.

Néanmoins,  lors de cette intervention, notre nouveau Président a semblé  déjà écrasé par la lourdeur de la tâche de berger rassembleur qui l'attend. Il avait plutôt un côté Droopy un peu triste. Il n'est pas si facile de supporter psychologiquement que dans quelques jour, notre jeune représentant des Élites, disposera bientôt du feu nucléaire. Ça peut en impressionner plus d'un.

On peut le comprendre: je ne sais pas s'il parviendra à rassembler une France a ce point divisée voire fracturée. On lui souhaite d'être le bon berger qu'il souhaite devenir. Mais il sera plus sûrement un Sisyphe, condamné chaque jour à rouler sa pierre au sommet de la montagne pour la voir retomber au bas le lendemain. C'est moins judéo-chrétien, mais ce sera plus probable.  Espérons que sa tâche ne virera pas au calvaire comme  pour son prédécesseur, trop peu "habité" par la fonction présidentielle, pour ne pas terminer son mandat dans l'indifférence polie du peuple français.

Avec de telles responsabilités, un peu d'esprit de transcendance ne pourra pas lui faire de mal pour affronter les lourds dossiers du quotidien qui révèlent  tous les grandes souffrances de la Nation française. La tâche de Président, berger  rassembleur est si ingrate et si rude.

Bon courage Monsieur le Président.

Frédéric Buffin le 8 mai 2017
Blog fredericbuffin.fr

 

Partager cet article

Repost 0
Frédéric Buffin
commenter cet article

commentaires