Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog
21 juillet 2017 5 21 /07 /juillet /2017 06:34

 

La ministre des Solidarités et de la Sante vient d'enterrer la réforme des retraites.

La malédiction du programme politique "qui permet d'obtenir la victoire électorale, mais qu'on se garde bien de mettre en oeuvre une fois au pouvoir," vient encore de frapper: mardi 18 juillet, madame Buzyn, ministre de Solidarités et de la Santé, vient d'annoncer devant la commission des affaires sociales de l'Assemblée  Nationale  "sans trop l'avouer mais tout en le disant" que la réforme des retraites était reportée aux calandes grecques.

Le  Cor vient d'annoncer que le retour à l'équilibre sera plus tardif que prévu. (Les années 2040 au lieu des années 2020.) Ce n'est pas grave. Pour réformer les retraites, il est urgent d'attendre... le prochain quinquennat. Un énième organisme "la délégation ministérielle à la réforme des retraités, va être créé pour proposer un accord de méthode avec les partenaires sociaux en 2018. Une discussion forcément consensuelle sera menée les années suivantes. 

Le signe le plus  significatif  de cette reculade gouvernementale, c'est donc cette annonce  d'un travail sur la réforme pendant tout le quinquennat en indiquant qu'elle  serait mise en oeuvre lors du suivant, selon le principe prudentiel, "qui veut voyager loin ménage sa monture." 

Les fonctionnaires de l'Etat et les agents publics des hôpitaux et des collectivités locales, les agents de la SNCF, de la RATP et des entreprises du secteur de l'énergie peuvent dormir sur leurs deux oreilles. Le principe subversif du programme du candidat Macron selon lequel un euro cotisé  devait donner un montant de retraite identique n'est pas pour demain, mais pour après demain, c'est à dire probablement jamais. Les régimes spéciaux ont donc encore de belles années à vivre.

Madame Buzyn plus spécialiste des questions de santé que de retraite a concédé que la matière était complexe et qu'il fallait l'aborder avec prudence. Elle vient de faire de même avec la suppression du RSI pourtant elle aussi contenue dans le programme du candidat Macron qui est conditionnée par un rapport à venir d'un éminent membre de l'Inspection Générale des Affaires Sociales. La création du Régime Social des Independants a déjà généré un accident industriel dont souffrent depuis 2005 bon nombre d'assurés. Il n'est peut-être pas utile d'en créer un deuxième en intégrant (mal) ce fameux regime au Régime général.

La ministre est certes dans son droit lorsqu'elle exprime sa feuille de route quinquennale devant la représentation nationale. Néanmoins, elle n'aurait pas pu mieux exprimer la volonté gouvernementale d'éviter de traiter les sujets qui fâchent, à commencer par la mise en oeuvre d'un régime universel de retraite,  une des propositions majeures du Président quand il était candidat.

Bref, selon Saint Pasqua, les promesses n'engagent que ceux qui les croient." Malgré tout ce qu'on voudra bien dire dans les cercles rapprochés du chef de l'Etat et du gouvernement, cette réforme sociale  vient de passer à la trappe. "Resquiat in Pace." (Qu'elle repose en paix.)

 

Frederic Buffin 21 juillet 2017

 

 

 

 

 


 

Partager cet article

Repost 0

commentaires

Présentation

  • : Chronique d'un jeune retraité disposant encore d'un peu de matière grise pour écrire.
  • Chronique d'un jeune retraité disposant encore d'un peu de matière grise pour écrire.
  • : Commentaire décalé de l'actualité vue par un retraité bien décidé à cultiver son jardin sans oublier la vie du monde.
  • Contact

Recherche

Liens